Ét.Nadji.fr/

Du code, des mots, des livres.

Le scepticisme rationaliste est (presque) une pseudo-science

https://twitter.com/DrBaratin/status/1431275496755638274

(Retranscription)


Yeux Lasers et Gros Melons : le scepticisme rationaliste est (presque) une pseudo-science comme une autre. Thread.

Suite au Grand Laser Game qui a enflammé nos mentions je vais faire une petite mise au point un peu globale sur le scepticisme. Ca va être très long et plutôt salé, mais je pense que ça vaut le coup, surtout si vous m’aimez pas, accrochez-vous.

Disclaimer : vu que j’ai été bloqué par la plupart des gros comptes dont je parle ici, je vais pas forcément sourcer chacune de mes affirmations sur leurs discours avec un screen ou un lien, vraiment navré mais j’ai pas un temps infini, donc je subtweete, vous pourrez chercher.

Derrière ce titre volontairement provocateur, je vais essayer de développer. Déjà, éviter de généraliser abusivement ("sophisme !"): je ne parle pas du "scepticisme" dans son entier, mais plutôt du courant malheureusement majoritaire, qu’on pourrait qualifier de "rationaliste".

Le scepticisme rationaliste, en gros, c’est la ligne TeB, Sam, Chat Sceptique, DdE et consorts. Pas mal de différences avec la ligne "paranormal et parapsy" du Balado et de Hygiène Mentale, par ex, et c’est assez à l’opposé de la ligne "méta-critique".

Donc. Le scepticisme rationaliste est, à mon sens, une pseudo-science, ou à défaut en train de sombrer dans une énorme dérive pseudo-scientifique, et je pense que ça devrait inquiéter. Explications :

1/ Des trucs faux et anti-scientifiques.

J’en ai parlé à plusieurs reprises : le scepticisme rationaliste diffuse des contenus a-scientifiques voire totalement faux, tout en se parant d’une esthétique de rigueur scientifique. Ce qui est la définition même d’une pseudo-science.

Des livres, des lives, bientôt des "rencontres" entières sur "l’esprit critique" sans personne qui n’y connait rien en "esprit critique". Hé oui désolé les gars mais YouTube a pas rendu Casanovas compétent sur les vaccins, il vous rendra pas compétents sur l’esprit critique.

Et c’est quand même fâcheux parce que c’est un discours qui a pignon sur rue, certains sont invités à l’Assemblée Nationale, d’autres sont écoutés au Ministère de l’Educ’ Nat’… C’est pas juste restreint à quelques quidams sur Twitter, Facebook et YouTube.

Même si de leur propre aveu ils ne sont pas des scientifiques, mais des "vulgarisateurs" (alors que pour ça il faut du contenu à vulgariser quand même) ou mieux des "défenseurs des sciences" (je reviendrai derrière ce terme flou).

À noter qu’il y a effectivement quelques bases correctes dans le scepticisme rationaliste. In fine, certains débunks sont intéressants et nécessaires, et certains savoirs, notamment relativement aux sciences asociales, ou psychologiques, sont à peu près correctement diffusés.

Je dis bien "à peu près", parce que quand on voit que le dernier bouquin de Bronner (au hasard) est encensé par des sceptiques alors qu’il se fait allumer par les neuroscientifiques et les psychologues cognitivistes, ça pose question.

Sans même compter les critiques provenant des SHS, mais c’est encore autre chose puisque le scepticisme rationaliste a un problème général avec ça : à la fois il dit les promouvoir, comme les autres sciences… mais il semble ne considérer la sociologie, les sciences de l’éduc’, l’épistémologie comme des sciences que si elles vont dans son sens, donc (très) rarement. En tous cas la différence de traitement est flagrante au quotidien :

Je crois que je ne me lasserai jamais de l’ironie de voir des défenseurs de la science, de la raison et de l’esprit critique qui viennent dans mes mentions m’expliquer mon sujet de recherche sur la base de "mais moi je pense que" quand je fais référence à la littérature.
[source]

De fait, certains sceptiques rationalistes tiennent sur les sciences sociales des discours clairement anti-scientifiques, tout-se-vautistes, etc, alors que leur objectif affiché est de lutter contre ces discours par ailleurs. Ironique.

2/ Une posture peu propice à l’esprit critique.

De toutes façons le scepticisme rationaliste n’a pas besoin de dire des choses vraies ou intéressantes pour fonctionner : il vous donne LA RATIONALITÉ.

Comme les complotistes qui sachent le fonctionnement du monde, les sceptiques rationalistes ont percé à jour le fonctionnement ultime de l’esprit dépassionné, la vraie recette pour bien penser. (Ceci est un sarcasme)

Mesquinerie à part : beaucoup des sceptiques rationalistes (y compris ceux avec un melon visible depuis l’espace) vont bien prêcher la remise en question, "les biais c’est les nôtres avant tout", etc…

Mais bon, le déclaratif c’est pas une fin en soi, faut l’appliquer pour que ça serve. Sinon c’est juste du flan. Comme "Je suis pas raciste, j’ai d’ailleurs un bon ami noir, mais [insérer take hyper raciste]". Voyez, "je sais me remettre en question, mais…" ça marche pareil.

Et incroyablement, désolé, mais les sceptiques rationalistes sont plus connus ici pour leur capacité à t’expliquer platement la vie avec leur wannabe énorme cerveau rationnel en criant aléatoirement "BIAIS" ou "SOPHISME" que pour leur réelle pertinence dans les conversations.

Cette prétention de rationalité et de supériorité du groupe va de pair avec une Mission : lutter contre l’Obscurantisme, défendre la Science en danger. Bon, évidemment ça marche pas comme ça : les vrai-e-s scientifiques souvent iels se foutent bien de votre gueule.

Vous vous agitez pour la "défense de la Science" quant il faut interpeler le CNRS pour faire un communiqué rappelant que "la recherche a une déontologie" (bien joué les gars, c’était utile), par contre pour la LPR, la loi horrible pour la recherche, on vous a pas trop entendus…

D’ailleurs vous avez pas remarqué que le côté "Enseignement Sup’ et Recherche" de Twitter il était bien loin du côté "sceptique rationaliste" et plutôt plus proche du côté "sceptique critique" ? Vous vous êtes jamais demandé pourquoi, si vous "défendez les sciences" ?

Quoiqu’il en soit, cette posture de prétendue super-rationalité, traduite en mépris généralisé pour les interlocuteurices, couplé à la croyance d’oeuvrer pour une grande cause, la Science, ça fait que certains sceptiques rationalistes ne peuvent juste pas se remettre en question.

C’est vraiment flagrant sur ce genre de tweets par exemple (oui lui j’ai fait l’effort de le chercher spécifiquement parce que vraiment il est incroyable). Vraiment c’est un "drame" de pouvoir douter de soi et se remettre en question. L’esprit critique rationaliste en action.

Acermendax
@Acermendax

En réponse à @StudiShou

Le vrai drame, c’est que par moment ils me persuadent qu’en effet on a mal traité les SHS, qu’on fait de la merde. C’est terriblement paralysant. Aucune agression des sectaires ou fachos n’a ce pouvoir. Ils en ont abusé.

2:45 PM : 26 août 2021 : Twitter Web App
7 Tweets cités 17 J’aime

Pire, certains confondent critique de fond et harcèlement, c’est fâcheux pour se remettre en question comme on le prêche. Parce que c’est là que commence vraiment la dérive pseudo-scientifique : raconter n’importe quoi, ça peut arriver, mais si on se corrige ça va…

Mais confondre critique et harcèlement, c’est une voie sans retour : toute critique qui pourrait faire dévier de cette voie (et accessoirement vous empêcher de dire n’imp) est catégorisée comme du harcèlement et donc bloquée / ignorée voire sujette à une violente contre-réaction.

Forcément, "la critique" peut être justifiée et légitime, alors que "le harcèlement" ne peut être fait que de façon totalement injustifiée (et là-dessus je suis d’accord, je suis contre le harcèlement quel que soit le contexte).

Donc si je pense avoir toujours raison, et qu’on me critique, c’est bien qu’on me harcèle : l’antagonisme ne peut pas être justifié, j’ai toujours raison. D’ailleurs, ça vous rappelle pas un certain médecin marseillais, qui lance des procès en harcèlement quand on le débunk ?…

Et d’ailleurs, pour filer la comparaison avec le médecin marseillais : si vous vous sentez harcelé, vous harcelez en retour, hé, quoi de plus normal ? Sauf que c’est avec des commus qui ont 10 à 50 fois plus d’abo que vos critiques mais bon pas de soucis, c’est un détail.

À défaut, si ça n’est pas du harcèlement via affichage sans anonymisation et dogpile sur comptes à 50 abos (vous vous en défendrez mordicus, vous n’avez jamais été du côté de la meute agressive, non, pas vous), à défaut, le moins qu’on puisse dire c’est que ça crée des tensions.

3/ L’inculture politique

Et comment sont gérées ces tensions ? Evidemment, très mal, pour une raison assez simple : chez les sceptiques rationalistes, les maîtres à penser cités plus haut… Bah c’est des gens clairement pas du tout calés en termes de politique ou de société.

En tous cas suffisamment peu calés pour s’inventer une oppression sur un meme anodin (j’y reviendrai), voire, mieux, pour considérer que leur scepticisme leur vaut une forme d’oppression à leur égard (au point qu’il faille penser spécifiquement à faire son "coming-out" sceptique)

Note : ce point ne contribue pas directement à l’aspect pseudo-scientifique du scepticisme rationaliste, je pense qu’il est déjà clair dans les 2 premiers points, voire le 1e tweet du 1e point. Ce point est une explication de "pourquoi c’est dangereux." https://zet-ethique.fr/2020/09/30/des-dangers-de-la-naivete-politique-et-sociale/

Sur la création d’oppressions, le fait qu’ils soient pour la grande majorité des mecs cis blancs doit clairement jouer… on sait que ça créée une forme de fragilité à l’égard de la critique et de la remise en cause, et une forme d’illusion de compétence.

D’ailleurs, on notera que la plupart des personnes qui critiquent le scepticisme rationaliste "de l’intérieur" sont des personnes opprimées : femmes, queers, racisé-e-s, handi-e-s, pauvres, ou minimalement des personnes +/- fortement politisées à gauche. Avec des outils.

De fait, quand on mélange leur inculture totale sur les sujets sociaux et politiques avec la grandiloquente posture de supériorité morale, ça devient rapidement le grand n’importe quoi.

En effet, comme il s’agit de se "défendre" contre des "attaques" de sceptiques de gauche, ça reprend tranquille de de la rhétorique d’extrême-droite ("islamophile", "sjw", "camp du bien" etc), ça symétrise opprimé-e-s et oppresseur-e-s…

…. ça appelle à prendre en compte le ressenti de harceleurs parce que "hé la team bienveillance c’est vous normalement, double standard hé !", ou "mais X va mal à cause de vos critiques". Parce que oui nous on empathise et à chaque fois on se fait avoir.

Oui, malgré tout on fait gaffe à pas blesser (on affiche pas des gens à 50 abos nous)… Mais puisque vous confondez critiques et harcèlement, in fine plus rien ne peut vous faire changer d’avis sans vous blesser.

D’ailleurs, quand il s’agit de démolir de l’anti-vax et de se moquer des thèses conspis là vous vous en tapez du ressenti des gens hein, c’est que quand c’est vos petits copains qu’il faut faire preuve d’empathie. Mais le "double standard" c’est surtout les autres hein.

(Je ne doute pas un instant que, comme d’habitude, ce thread sera repris en screens, recontextualisé pour déformer mon propos et dire, en substance "voyez comme nous sommes harcelés, ces gens sont méchants. Alors que moi je lutte contre les anti-vax et pour la science.")

(D’ailleurs j’attends toujours les "preuves" : plusieurs fois on m’a indiqué qu’il y avait des preuves imparables de mon prétendu "harcèlement" contre Mendax, à chaque fois que je les ai demandé y’avait soudainement plus de réseau.)

Pour vous expliquer, amis sceptiques rationalistes : désolé, pour le coup j’ai moins d’empathie envers des *dominants* qui s’inventent des oppressions pour geindre et pour silencier par du harcèlement des gens qui leur font des critiques récurrentes…

C’est ça l’enjeu : quelle posture sociale tu as avant de te plaindre, comment tu te plains, avec quelles revendications, etc. Si dans le rapport de force t’es du côté des dominants (genre avec 20k abos) et que tu balises parce que des gens vivent leur vie pépouze avec leur PP…

Donc si vous êtes grotesques avec vos takes sur la société au même titre que les anti-vax sont grotesques avec les leurs, vous nous excuserez de ricaner dans notre coin, alors que vous vous allez les insulter de visu.

4/ Et c’est là, après trois pages, qu’on en arrive aux yeux lasers. (Je ne pensais jamais écrire ça un jour). La grande apothéose.

On a assisté, avec le Grand Laser Game, à une panique morale déclenchée à partir de "c’est des gens qui usuellement nous critiquent [donc nous harcèlent] qui s’amusent donc c’est forcément pour nous harceler nous"… Autrement dit, à partir de rien.

Mais surtout, elle a été *relayée* à partir de rien. Par des sceptiques rationalistes, et je ne parle pas que des gros comptes et autres influenceur-se-s ici mais d’une part de leur commu qui ne connaissent rien d’autre comme source sur l’esprit critique, la rationalité ou quoi.

Des randoms sceptiques rationalistes dans nos mentions lors de cette shistorm comme lors des précédentes, des gens qui croient ces gros comptes sans aucune vérification, adhèrent simplement à leur narratif et viennent nous pourrir derrière.

Much esprit critique ! On voit vraiment que le scepticisme rationaliste c’est un bon outil d’émancipation intellectuelle et d’apprentissage. Ca vous a vachement servi d’apprendre par coeur une liste erronée de "sophismes" pour derrière rentrer dans le 1e fake venu, bien joué.

Mais bon je vous comprends, ça a été partagé par un vidéaste dans lequel vous aviez confiance, malgré le fait qu’il n’ait aucune compétence pour traiter des sujets qu’il traite. Ah oui c’est aussi une feature que vous avez en commun avec les complotistes, désolé.

Cette histoire, c’est la faillite de votre scepticisme rationaliste. Les bases les plus élémentaires de ce que vous êtes pourtant sensés promouvoir, piétinées sans aucune pression. Recouper les infos, sourcer, ça a jamais été votre fort…

…malgré les "SOURCE ?!" quand quelqu’un vous dit une banalité qui pourtant vous dépasse déjà. Quand même ayez la décence d’au moins donner l’impression de chercher et de pas sauter à pieds joints dans la première panique venue, surtout sur un truc aussi bête que des yeux lasers.

Et j’ai bien suivi mes mentions et comment mon thread explicatif cité plus haut a été mobilisé, les QRT c’était systématiquement en réponse aux grands rationalistes qui ont réagi au quart de tour pour suivre Sam sans preuves et nous clouer au pilori. Zéro documentation en propre.

Surtout que comme indiqué dans le thread, c’est pas la première panique morale que les "critiques des sceptiques" subissent parce qu’un gros compte sceptique rationaliste (souvent Mendax, faut l’avouer, mais pas que lui cette fois !) s’est drapé dans sa vertu offensée.

En d’autres termes, ça commence à devenir un trait récurrent de la communauté, ce qui est quand même un problème. Le partage de fakes et le non-recoupement des infos c’est sensé être une erreur exceptionnelle (ça arrive), pas un mode de fonctionnement normal.

Enfin, c’est un mode de fonctionnement normal chez certaines communautés… Vous savez, celles contre lesquelles vous vous "battez au quotidien" pour "défendre la Science". C’est quand même ballot que certains d’entre vous, et notamment des gens influents, agissent pareil.

Quoiqu’il en soit, en résumé, avec ce Grand Laser Game, on a donc dû vivre des discussions très désagréables :

  • à propos d’une panique morale créée sur la base d’un détail anecdotique par des vidéastes influents mais sans compétences, qui ont été suivis sans réfléchir
  • avec des gens qui se sentent investis d’une mission (en l’occurrence la "défense des sciences") et sont incapables de se remettre en question parce que c’est eux les rationnels, les vrais, ceux qui ont compris les bails
  • qui ne panent rien aux sujets socio-politiques et du coup sont particulièrement confus, symétrisent alors qu’il n’y a pas lieu, font des analogies bizarres avec le nazisme, du pain béni pour l’ED qui n’a qu’à se servir.

(Parce que oui il y a certains sous-groupes dans les sceptiques rationalistes qui sont clairement d’ED et qui font de l’entrisme pépouze sans que ça gêne personne ou presque en interne, alors que les sceptiques critiques "de gauche" c’est l’ennemi à abattre).

Ca vous rappelle rien ? Moi, si : complotisme et pseudo-science. Mêmes dynamiques. Et je ne parle pas que des caricatures à gros traits esquissées en trois tweets. Je vous parle d’analyse des discours et des modes d’interaction.

5/ Yeux Laser et Gros Melons : et après ?

Personnellement, je renonce à vous faire changer d’avis, amis sceptiques rationalistes. J’ai essayé de faire des threads, à la lumière de la littérature scientifique sur laquelle j’ai fait ma thèse, pour éclairer.

Mes interventions et celles de nombreux-se-s autres ont permis de faire comprendre à certain-e-s qu’il y avait un gros, gros problème dans le scepticisme rationaliste. Mais vous, les autres, qui y êtes encore…

D’autres s’étaient déjà essayé-e-s bien avant moi de vous faire sortir de votre dérive. Vous n’avez pas bougé. Et maintenant regardez-vous, à réagir à chaud n’importe comment sur un meme anecdotique, comme le complotiste acharné lit "666" dans "COVID-19".

Personnellement, j’en ai marre, j’arrête là. On parlera de science positive, de littérature sur l’argumentation et l’esprit critique. Ca sera à l’opposé de ce que dit votre pseudo-science, désolé, ne prenez pas ça comme du harcèlement.

Cette mise au point sera la dernière : c’est trop d’efforts pour trop peu de résultats. Je vais me concentrer sur ce que je fais… même si ça veut dire que le peu de contenu science-based sur l’esprit critique est bien moins partagé que la pseudo-science.

C’est très dommage et peu optimal, mais bon, puisqu’apparemment on ne peut pas endiguer le flot de conneries grâce aux bonnes volontés de chacun, il n’y a pas vraiment d’autre solution. On va pédaler et peut-être que vous comprendrez… Si ça n’est pas trop tard.

En effet, malheureusement, le scepticisme rationaliste n’est pas une pseudo-science comme une autre. Il y a un côté assez dramatique à assister au naufrage d’une communauté qui justement a essayé de travailler ces outils critiques, etc, et dispose d’une partie de ces outils.

Parce que ces outils critiques sont déformés, dévoyés, détournés, pour servir un discours à l’opposé de leur objectif. Ce qui le rend d’autant plus pernicieux pour les esprits qu’une fake med. J’ai bien dit "pour les esprits".

Ca n’est pas une pseudo-science comme une autre : c’est une pseudo-science pour dominants, pour les cadres sup, les mecs blancs qui veulent affirmer leur domination intellectuelle à peu de frais. "Regarde mon énorme rationalité, je suis meilleur que toi". Non t’es un pigeon.

De façon plus positive, mes contacts avec le scepticisme rationaliste auront été extrêmement riches pour mes recherches sur l’élaboration d’une didactique de l’esprit critique (une vraie discipline de recherche, pas la pseudo-science made in fédération sceptique).

En effet, j’ai clairement pu goûter dans mes mentions les conceptions erronées et les obstacles qu’on peut trouver sur l’esprit critique et l’argumentation, ou sur les sciences… Et ça a pas mal stimulé ma réflexion pour la recherche !

Je pense d’ailleurs avoir quelques bonnes pistes pour un meilleur enseignement scolaire de la question, en mettant ça en lien avec la littérature existante, notamment en didactique des sciences sur l’épistémologie… à voir si ça tient la route en expérience en classe.

À voir aussi si ça tient la route face au déferlement de discours pseudo-scientifiques sceptiques-rationalistes qu’on voit dans l’Education Nationale… Grâce à vous ! Je ne vous remercie pas.

Très honnêtement, je n’ai aucun espoir que ce thread fasse changer d’avis des sceptiques rationalistes qui me liraient. De toutes façons la plupart des gros comptes m’ont déjà bloqué depuis longtemps donc ça risque pas d’être partagé dans ces sphères (détrompez-moi hein).

À moins que… Et si, un instant, vous pouviez imaginer que vous aviez tort et que d’autres ont raison ? Sceptiques rationalistes, petit exercice d’esprit critique, ici par l’empathie cognitive. Ca vous prendra quelques minutes.

Mettez-vous sincèrement à la place d’un-e tenant-e d’une Fake Science que vous n’aimez pas et demandez-vous : comment vous pensez qu’on se sort d’une dérive pseudo-scientifique quand quelqu’un nous alerte, selon vous ? Seriez-vous capables de le faire, si vous y croyiez à fond ?

Mettez-vous à la place des anti-vax que vous moquez à longueur de temps. Quand un scientifique qui bosse sur le sujet, entre de très nombreux autres, notamment des amis à vous, vous signale que vous commencez à partir en vrille, que feriez-vous ?

À nouveau, il y a le déclaratif, et il y a les actes. Le choix est vôtre.

Petit ajout : Apparemment, au vu des réponses à ce thread, beaucoup de gens n’ont vraiment aucun bail (problème de diffusion des critiques dans le milieu sceptique, j’imagine…). S’il vous manque du contenu/contexte, vous trouverez quelques éléments ici.

Ajout - bis : Un lien aussi vers le site de ZEM qui regroupe pas mal de ressources, productions critiques. Ca peut être utile pour comprendre ce dont je parle ici. zet-ethique.fr/

Ajout - ter : une précision qui me semble nécessaire, avec le recul.

🔗 Permalien Partager sur Mastodon