Ét.Nadji.fr/

Du code, des mots, des livres.

Étiquette : ArthurPerret

Du notebook au bloc-code

https://www.arthurperret.fr/du-notebook-au-bloc-code.html

Les notebooks ont l’air de plaire surtout aux chercheurs et chercheuses, parce qu’en tant que travailleur de l’édition, c’est pas mon cas.
Un fichier docx n’est pas moins exécutable qu’un notebook Jupyter : quand on ouvre un docx dans Word, on voit le rendu d’un code source ; on peut éditer ce rendu, ce qui modifie le code source ; on peut définir des variables (les styles) qui propagent des paramètres à de multiples objets ; on peut programmer des actions via des macros ; etc.
L’ambiguïté de la définition d’un format de fichier texte « simple » est là ; hors contexte un fichier à balisage léger (ou moins léger, genre du TeX) peut paraître simple. Mais il faut tout un attirail pour en faire quoi que ce soit.

Flux 🔗 Permalien

Future of Text

https://www.arthurperret.fr/veille/future-of-text.html

Le livre (DOI).
Si vous voulez lire au format numérique, prenez plutôt l’EPUB, le PDF étant plutôt fatigant à lire.
Les contributions sont listées dans la TDM par leurs auteurs, ce qui se défend, mais que je ne trouve pas simple à picorer.
Bref, je râle, mais c’est intéressant.

🔗 Permalien

L’impensé des formats : réflexion autour du PDF

https://www.arthurperret.fr/impense-des-formats-reflexion-autour-du-pdf.html

Pour le PDF, there is no alternative. Comment en est-on arrivé là ?
[…]
Songeons à la manière dont le format PDF est défendu. Il s’agit presque toujours de louer la fiabilité qu’il apporte à nos transactions documentaires. C’est la solution « qui marche », « universelle », et surtout, « stable ». Généralement, cela va de pair avec un rejet des formats bureautiques, jugés (à raison) peu fiables, ainsi que des nouveaux modèles éditoriaux reposants sur le Web (lien hypertexte, page unique qui défile). Face à une bureautique qui plante une fois sur deux, et à un flux qui élimine tous repères, le PDF serait un parangon de robustesse.
C’est vrai que, par exemple dans le domaine des mathématiques, on aurait pu s’attendre à ce que le DVI (en tant que tel ou converti en PostScript) soit plus employé que le PDF. On pourrait récupérer le code TeX des équations plus aisément (mais moins qu’en ayant la source).
En dehors de la stratégie d’Adobe pour devenir un standard de facto : ce sont pas des formats simples.
Au fond LATEX, les logiciels de PAO et CSS nous épargnent d’abominables calculs de géométrie « juste » pour faire rentrer du texte dans un rectangle…

Flux 🔗 Permalien

2021-03-10

Histoire typographique de la légèreté

https://www.arthurperret.fr/histoire-typographique-legerete.html

🔗 Permalien

Enseignement et automatisation avec Pandoc

https://www.arthurperret.fr/enseignement-automatisation-pandoc.html

🔗 Permalien

Écrire et éditer

https://www.arthurperret.fr/ecrire-et-editer.html

« À l’évidence, toute ma pratique d’édition peut être facilement ramenée à de l’écriture mais ma principale activité d’écriture (rédiger de la prose scientifique), elle, n’est pas aisément transposable dans n’importe quel éditeur. »

🔗 Permalien

[dommage qu’il soit fait avec Electron] Recommandation : Zettlr

https://www.arthurperret.fr/recommandation-zettlr.html

Un éditeur Markdown libre (GNU GPL 3) avec une intégration de Zotero. Et pour ceux qui ça intéresse, il n’est pas trop laid. Malheureusement fait avec Electron, avec tout ce que ça implique comme lourdeurs et âneries javas-cryptiques.

🔗 Permalien

Au doigt et à l’œil

https://www.arthurperret.fr/au-doigt-et-a-l-oeil.html

Billet qui répond à celui-ci, également dans mon agrégateur.
« Tiens, justement : lecteur ou lectrice de ce blog, je vous invite à regarder ce que devient un appel de notes comme celui-ciDont le contenu est à caractère purement démonstratif.lorsque vous visitez cette page sur votre téléphone—ou bien en réduisant la fenêtre de votre navigateur au point d’en simuler les dimensions. La note de marge ne s’affiche plus spontanément, il faut cliquer sur le petit appel chiffré : merveille de la CSS Tufte, le texte s’entrouvre alors comme si vous écartiez discrètement les persiennes pour jeter un coup d’œil à ce qui se cache derrière… »
Quoi que le style Tufte soit effectivement acceptable (les goûts, les couleurs…) sur écrans, il y a deux petits problèmes en ce qui concerne l’emploi du texte.
  1. Le premier concerne le copier-coller. Ce qui apparaît en gras dans la citation ci-dessus correspond à la note marginale, appelée dans le paragraphe ; étant dans un span et non un bloc séparé, la note marginale est copiée avec, ce qui n’est pas forcément ce qu’on souhaite.
  2. Le second concerne la référence, non au texte, mais à ses notes. Comment puis-je renvoyer à la note 2 de cet article ? La numérotation de la note est basée sur des compteurs CSS et la règle :before — ce qui est une façon de faire comme une autre. Et qui gagnerait à être conjuguée à une ancre HTML classique.
    Les références bibliographiques ont leurs propres ancres, pourquoi les notes n’en-ont-elles pas ?

🔗 Permalien

[À commenter plus tard] Wordless 2 : négocier la réécriture

https://www.arthurperret.fr/wordless-2-negocier-la-reecriture.html

🔗 Permalien

Le CV post-numérique / Arthur Perret

https://www.arthurperret.fr/le-cv-post-digital.html

« L’expression post-digital évoque l’idée que rien ne sera jamais plus comme avant pour l’imprimé : le numérique est passé par là et a bouleversé les méthodes de production, de diffusion et de consommation ; l’auteur insiste sur le fait que le numérique n’a pas fait disparaître l’imprimé, ce dernier ayant simplement évolué. C’est dans cette perspective que je voudrais parler d’un CV post-digital, c’est-à-dire fait avec des outils numériques mais pensé à la fois pour l’écran et le papier. »

🔗 Permalien

[Mouarf, reveal.js…] Le diaporama au temps du balisage

https://www.arthurperret.fr/le-diaporama-au-temps-du-balisage.html

🔗 Permalien

Sémiotique des fluides

https://fr.slideshare.net/ArthurPerret/smiotique-des-fluides

« Je pars d’un postulat qui est le suivant : la typographie, c’est la seule chose qui reste du papier dans le livre numérique. Et c’est précisément ce qui en fait un objet d’étude intéressant : c’est un point de passage entre la page et l’écran. Quel sens peut-on produire avec un système de signes changeant ? »

🔗 Permalien