Ét.Nadji.fr/

Du code, des mots, des livres.

Soyez vulgaires, mais en espéranto

Quand on apprend une langue, c’est parce qu’on nous l’impose à l’école, parce qu’on vit près d’une frontière, parce que la langue en elle-même, ou la culture qui souvent s’y rattache, nous intéresse. Le rapport à une langue apprise à l’école n’est clairement pas le même que celui à une langue apprise en autodidacte; on y apporte moins d’inhibitions, parce que souvent, il n’y a pas de prof.

Pouvoir discuter (ou faire de la littérature) dans une langue, c’est bien. Pouvoir insulter dans cette dernière, c’est pas mal aussi, et après tout, la vulgarité, le sexe et la crasse font partie de toutes les langues, même celles qui ont un parti-pris pacifiste.

Il ne faut pas se leurrer; un site dedié à l’espéranto affiche la traduction de « voulez-vous coucher avec moi ? » sur sa page d’accueil, parce que, comme « bonjour », on la leur demande très souvent (quelle surprise).

Voici donc deux petites liste d’insultes en espéranto.

Remarque:
Au sujet du tutoiement : même si l’esperanto dispose techniquement d’un « tu », les pronoms « tu » et « vous » sont fusionnés, comme avec le you en anglais. Le pronom tu / vous en esperanto est vi. Il y a un pronom « tu » en esperanto est ci, mais il est surtout employé en littérature.
Oh, et la prononciation de l’espéranto est là.

*

Ni lernas lingvon ĉar ĝi estas postulita al ni en la lernejo, ĉar ni vivas proksime de limo, ĉar la lingvo mem, aŭ ĝia kulturo interesas nin. La rilato al lingvo lernita en lernejo estas klare ne la sama kiel tio al lingvo lernita kiel memlernanto ; estas malpli de inhibicioj, ĉar ofte ne estas instruisto.

Kapabla paroli en unu lingvo estas bona, povi insulti en ĉi-lasta ankaŭ estas bona. Efektive, vulgareco estas parto de ĉiuj lingvoj, eĉ tiuj kun pacisma parcialo.

Ne ni iluzias; unu retejo dediĉita al esperanto listigas « Voulez-vous coucher avec moi ? » kiel unu el liaj tradukoj, ĉar same kiel « bonjour » [bontago], ĝi ofte estas demandita.

Jen du malgrandaj listoj de insultoj en Esperanto.

Le train de tes injures…
Le train de tes injures…

Français → Esperanto / Franca lingvo → esperanto 🔗

FR EO
Va te faire cuire le cul ! Kuiru vian pugon !1
Idiot ! Stulto !
Nique ta mère ! Fiku vian patrinon !
Merde ! Fek !
Sale con ! Malpura piĉo !2
Crétin / Abruti ! Kreteno !
Salaud ! Fiulo !3
Mange tes grands morts ! Manĝu vian ĉefmortoj !
Tête de godemiché ! Gadmeso kapo !4
Va te faire foutre petit con ! Fikiiĝu, eta piĉo !5
En garde, fils d’unijambiste ! En pozicio, unukrurulido !6
Ta mère la tchoin ! Vian patrino estas amoristino !
Coureuse de ramparts ! Remparoj ĉiesulino !7
Tête de nœud ! Kapo de nodoj !
Vous êtes une merde dans un bas de soie ! Vi estas feko en silka ŝtrumpo !
Ta mère était un hamster et ton père puait le sureau !8 Via patrino estis hamstero kaj via patro fetoris sambukon !
Imbécile heureux ! Ĝoja idioto !
Tronche de cake ! Kapo de kuko !
Grognasse ! Grumblulino !

Esperanto → Français / Esperanto → Franca lingvon 🔗

EO FR
Diplomita kretenego ! Considérable9 crétin diplômé !

Sources / Fontoj 🔗

Notes

  1. Littéralement : « Cuis ton cul ! ». Le -u est la terminaison du « volitif » (impératif ou subjonctif présent).  
  2. piĉo signifiant très littéralement « con », au sens premier du mot, selon saint TLFi.  
  3. -fi- est un affixe indiquant la mésestime, le mépris, le caractère louche… Employé tout seul (Fi !), il signifie carrément « beurk », « pouah »… -ul- est quant à lui un suffixe indiquant qu’il s’agit d’une personne.  
  4. Il y a aussi dildo, qui est un anglicisme. On pourrait aussi dire fikilo, fiki étant « baiser », « niquer », « coucher », et -il- un affixe indiquant un outil. Donc fikilo serait un peu moins restreint que dildo et gadmeso… Enfin, si l’instrument intervient dans une entreinte plutôt passionnée, on pourrait employer amorilo…  
  5. Littéralement : « Sois [deviens] foutu, petit con ! ». Le foutu signifiant vraiment foutu, pas « fichu », « mal barré »…  
  6. Littéralement : « En position, descendant d’une personne se caractérisant par une jambe unique ». On peut décomposer ainsi : unu'krur'ul'id'o – une, jambe, personne, descendant, terminaison grammaticale de nom.  
  7. ĉies est un pronom pour « tous », ce qui appartient à tous. Une ĉiesulino est, littéralement, une « fille publique », par lequel je traduis « coureuse ». C’est pas idéal (et c’est sexiste), mais en même temps, « coureuse de rampart » est une expression idiomatique…  
  8. Oui, c’est une des réplique des français dans Sacré Graal des Monthy Python (your mother was a hamster and your father smelt of elderberries)…  
  9. -eg- est un affixe indiquant la grandeur, l’intensité. On peut le transformer en adjectif : ega, qui signifie « énorme », « extraordinaire », « gigantesque ».  

Commentaires

Pour commenter ce billet, envoyez un mail sur etnadji (at) eml.cc, ou créez-vous votre blog.