Ét.Nadji.fr/

Du code, des mots, des livres.

« Qu’est-ce que c’est que ce clavier ? »

15/07/2019 à 20h
Série Édition
I'm tired of trying to do something worthwhile for the human race.
They simply don't want to change !
August Dvorak, 1975

Mise à jour (février 2019)

Alors que j’écrivais de ce billet, lord a publié un billet qui évoque peu ou prou les mêmes choses, et un peu de la même façon. Comme quoi il doit y avoir du bépo dans l’air, ou que les manières d’aborder le sujet ne sont pas si nombreuses.

Depuis que je suis passé au bépo1, je n’ai cessé d’être déplacé de grande ville en grande ville2 avec un clavier que beaucoup trouvent exotique ; il n’est pas rare qu’il y ait un temps de pause lorsque que les gens le découvrent, et d’autant plus lorsqu’ils constatent sa disposition.

Clavier TypeMatrix 2030 avec une peau en silicone noire marquée en QWERTY. Les touches sont agencées en matrice, et les touches retour arrière, entrée, suppr. et espace sont placées au centre.
Le clavier en question, mais avec un marquage QWERTY (le mien est marqué BÉPO, mais j’ai pas d’appareil-photo ou de « smart »phone pour illustrer). Photo tirée de la conf « Ergonomie holistique du clavier » (diapo 14).

Je vais donc répondre ici aux questions qui émergent d’ordinaire.

Sommaire

  1. Qu’est-ce que c’est que ce clavier ?
  2. Pourquoi les touches elles sont dans le désordre ?
  3. Ça s’apprend en combien de temps ?
  4. Ça coûte cher ?
  5. Tu ne retournes jamais sur de l’azerty ?
  6. C’est pas embêtant d’avoir à modifier ses configurations clavier ?
  7. Pourquoi tu ne prends pas un clavier mécanique ?
  8. Ça t’apporte quoi au fond ?
  9. Sources

Qu’est-ce que c’est que ce clavier ? 🔗

Pour faire court, c’est un clavier ergonomique TypeMatrix 2030, avec une disposition bépo.

Autrement dit, mon clavier physique est conçu pour éviter des problèmes de santé et améliorer le confort (voilà pour l’ergonomie), et l’organisation des touches (j’explique plus en détails dans la réponse à la question suivante) est celle du bépo plutôt que l’azerty ou du qwerty.

Le TypeMatrix 2030 est un clavier matriciel, c’est-à-dire qu’il agence les touches en matrice, et non en quinconce, un agencement employé, malheureusement, par la plupart des claviers.

En haut, un clavier en quinconce, en bas, un clavier matriciel inspiré du Typematrix (bépo, concept « Symétrix » par Europano)

Pourquoi les touches elles sont dans le désordre ? 🔗

Parce que j’emploie une disposition de clavier qui n’est pas azerty5.

En fait, il faut distinguer le clavier physique (l’objet avec des touches que vous ne nettoyez pas assez, si, je vous vois) et comment la frappe au clavier est interprétée par le système d’exploitation (Windows, Mac OS) ou d’émancipation (GNU / Linux).

On peut nommer cette interprétation par le système une « disposition » ; grosso modo, chaque touche du clavier envoie un signal au système d’exploitation, et ce dernier, en fonction d’une carte liant la position physique de la touche à une signification possible, renvoie « hé la touche 02 a été frappée, donc l’utilisateur a tapé b ».

Ce qu’il y a écrit sur une touche réelle du clavier physique n’est en fait qu’une indication. D’ailleurs, ceux qui tapent « en aveugle » ne regardent jamais leur clavier pour écrire, et parmi ces derniers, il en est qui utilisent des claviers sans marquage des touches.

Pour commencer à taper au clavier en aveugle, il faut que les mains soient positionnées au bon endroit au départ. C’est pour ça que sur un clavier physique dont les touches sont marquées de la disposition azerty, les touches F, J et 5 (du pavé numérique) ont un ergot. Pour des aveugles et / ou des personnes utilisant intensivement le clavier, c’est suffisant pour reconstituer mentalement le clavier.

Il existe beaucoup de dispositions clavier différentes, et peut-être avez-vous entendu parler du qwerty, qui agace les Français quand ils doivent changer les touches de leurs jeux-vidéos PC. On peut d’ailleurs changer de disposition clavier à la volée.

La carte des touches d’une disposition clavier, à défaut d’être rationnelle (on y reviendra), prend généralement compte des particularités nationales. Aussi mauvais que soit l’azerty, il permet au moins d’accéder aux -é, -è, -à, etc. Mais il est surtout une adaptation du qwerty américain, ce qui n’est pas sans poser quelques problèmes.

D’abord le qwerty a été conçu pour un objectif aujourd’hui déroutant, faire en sorte que l’on tape suffisamment lentement. Car à l’époque de sa conception, on tapait à la machine à écrire, et il fallait éviter que les tiges de ces derrières se bloquent. Même à cet égard, le qwerty était médiocre.

Arrive un certain August Dvorak – à ne pas confondre avec le musicien Antonín Dvořák8 – qui met au point en 1932 la disposition américaine… dvorak, en se basant sur la fréquence des lettres en anglais américain. Il publie sa méthode et diverses choses au sujet de l’ergonomie des claviers. La disposition dvorak est aujourd’hui employée minoritairement. Par extension, on parle de disposition « dvorak » pour toute disposition qui reprend la méthode d’August j’en-ai-marre-d’écrire-Dvorak.

Je vais passer sur les problèmes que suscite la première disposition francophone dite « dvorak-fr » ou Leboutte-Mouette, sachez seulement que la disposition BÉPO est mieux conçue #AvisPersonnel, et qu’elle est, elle, sous licence libre.

Alors oui, quand on voit la première fois la disposition bépo, on ne voit qu’un désordre de lettres. Mais on distingue assez vite une logique. Les voyelles sont à gauche, les consonnes (majoritairement) à droite6, les parenthèses (et les crochets, etc.) ouvrantes et fermantes se suivent, enfin les lettres les plus employées en français sont sur la rangée du milieu – ce qui donne les touches, à la suite, A, U, I, E, C, T, S, R, N, M, Ç.

Terre, certes ; mais une mer reste une mare en mai amer au ramant nuit13
Exemple de mots pouvant être écrits avec uniquement la rangée du milieu.

La disposition bépo est aussi adaptée aux autres langues européennes (et à l’espéranto et ses fameux ĉ, ĥ, ĝ, ǔ). Les touches mortes permettent de composer logiquement un caractère accentué. Un o macron (la lettre avec le diacritique « ō », pas un début d’élégie au chanoine de Latran) se compose avec Alt Gr + m (touche morte « macron ») puis o.

Ça s’apprend en combien de temps ? 🔗

Il faut entre un et deux mois pour bien avoir la disposition bépo en tête9. J’ai appris alors que j’étais étudiant, et que je devais noter tous mes cours avec mon ordinateur, y compris ceux des profs les plus rapides en cours magistraux.

Comme la disposition est logique, bien faite, on apprend assez vite.

Cependant, je vous le dis clairement : dans les premiers temps, vous allez profondément haïr cet apprentissage, frustrant, infantilisant – mais seulement au départ –, on bute sur chaque lettre, sur chaque mot, on a l’impression de penser au ralenti.

«  Je vous recommande Klavaro11 pour apprendre la frappe en aveugle.  »

Ça coûte cher ? 🔗

Comme dit plus tôt, il faut bien distinguer le clavier matériel (quand il existe) et sa disposition de touches.

Installer la disposition bépo ne coûte rien, et des touches marquées bépo ne sont pas nécessaires pour apprendre cette disposition, ou pour s’en servir au quotidien.

Pour ce qui est des claviers matériels, il n’en existe pas de pré-requis pour apprendre la disposition bépo. Vous pouvez taper en bépo sur un clavier récupéré en déchetterie comme sur un clavier à 300 €. Cependant, les caractéristiques d’un clavier peuvent altérer ou améliorer votre confort.

Le Typematrix 2030 dont je me sers coûte entre 100 et 120 €. Si j’ai dépensé autant dans ce clavier, c’est pour X raisons :

C’est pas embêtant d’avoir à modifier ses configurations clavier ? 🔗

Au début, un peu. Mis à part quelques logiciels qui ne disposent pas de configurations clavier modifiables (les touches y sont codées en dur), ça se fait au fur et à mesure. Cela va du simple ajustement de raccourcis à leur redéfinition complète.

Les mappings de Vim sont ainsi très modifiés par le bépo, mais cela n’est pas un problème.

Remarque:
Pour ce qui est de l’abomination de Dunwich Emacs, les choses sont apparemment plus compliquées, ce système d’exploitation textuel ayant tendance à empiler les combinaisons de touches ☺

Tu ne retournes jamais sur de l’azerty ? 🔗

azerty est une disposition de clavier aujourd’hui très minoritaire dans mes usages. Même si je préfère employer mon clavier Typematrix, je peux très bien taper en aveugle avec un clavier « standard ».

J’ai la chance de pouvoir employer la disposition bépo au travail, puisque je suis (plus ou moins) administrateur de ma machine. Bien sur, on peut toujours utiliser le driver portable fourni sur le site officiel de la disposition, mais le mieux reste de l’installer « réellement ».

Quant à taper en aveugle avec la disposition azerty, je ne l’ai jamais fait. Mais ce n’est pas grave de taper lentement (voire pas en dactylo) dans mon travail : l’édition, malgré l’existence de délais et de dates limites est un travail sur le temps long.

Les seuls moments où je dois retourner en azerty, c’est quand un jeu-vidéo n’est pas configurable pour supporter le bépo. À vrai dire, le meilleur support de la disposition bépo que j’ai vu, c’était dans Minetest, quoiqu’il affichait le É comme étant un kanji japonais7. Basculer du bépo à l’azerty prend au maximum deux clics. De toutes façons, les jeux-vidéos requièrent une concentration telle que les touches importantes pour la partie sont vite mémorisées et employées en aveugle. Certains jeux, enfin, ne prennent pas en compte la disposition clavier du système mais se réfèrent directement à la position de la touche physique, si bien que le ÉAUI fonctionne directement comme un ZQSD.

Pourquoi tu ne prends pas un clavier mécanique ? 🔗

Les claviers mécaniques sont plus durables (on peut changer les touches, c’est-à-dire, pas que la part en plastique), et, parait-il, plus confortables pour ce qui est de la frappe. Mais :

  1. Il y a peu de claviers mécaniques aux touches organisées en matrice.
  2. Les claviers mécaniques coûtent plus cher que les claviers à membrane.
  3. Les claviers mécaniques sont bruyants. Or le travail d’édition nécessite autant, si ce n’est nettement plus de concentration que celle requise pour écrire du code. Une conversation, ou des clics de souris répétés peuvent faire dégainer les boules quies, voire les casques anti-bruits10. Alors des claviers mécaniques…
  4. Les partisans de ce type de clavier invoquent régulièrement la vitesse de frappe comme étant un argument. Ce critère est secondaire à mon opinion, le confort d’utilisation étant prioritaire.

Ça t’apporte quoi au fond ? 🔗

Déjà, je n’ai plus mal aux mains. Quand on a mal appris12 le clavier… on se fait mal en tapant. Changer de disposition clavier puis de clavier physique, ça fait du bien. Pouvoir écrire sa langue maternelle correctement, avec tous ses délices typograpiques, c’est agréable aussi. Lorsque les guillemets français, l’espace insécable, les tirets cadratins, demi-cadratins, les majuscules accentuées, et une pelletée de caractères de langues européennes sont accessibles, on s’en sert.

Sources

Notes

  1. J’y reviendrais plus tard dans ce billet. 
  2. Allant où le travail existe, je ne vais pas dire que c’est moi qui me déplace.  
  3. Les partisans des claviers [à interrupteurs] mécaniques diront que c’est cher payé pour un clavier à membrane. Simplement, je me fiche de la vitesse de mon clavier.  
  4. Que serait un billet de ce blog sans attaques gratuites (encore qu’en l’occurrence…) des systèmes d’exploitations privateurs ?  
  5. Je parlerais de l’azerty, du qwerty, du bépo, etc, en faisant abstraction du fait que ces dispositions clavier sont devenues des familles de dispositions, dont la carte peut légèrement changer selon les claviers physiques employés ou les pays concernés (par exemple, le qwerty des États-Unis n’est pas le même que celui du Canada). Une moins médiocre disposition azerty a d’ailleurs été annoncée depuis le début de l’écriture de ce billet.  
  6. À cette logique s’ajoute le fait qu’en termes d’ergonomie, il est important que lors d’une frappe au clavier, les mains alternent, et organiser les touches de cette façon est une bonne manière d’y parvenir.  
  7. Pourquoi ? Aucune idée. 
  8. Dont on a la fâcheuse tendance à écrire le nom sans diacritiques.  
  9. Oui, quitte à apprendre une disposition clavier, apprenez à taper avec sans regarder les touches du clavier.  
  10. J’ai un casque anti-bruit qui est conçu pour être porté à côté d’une moissonneuse-batteuse.  
  11. Bon, j’ai mes marottes… klavaro, ça veut dire « clavier » en espéranto…  
  12. ♫ Et quand on est malappris, / c’est qu’on est la HADOPI ♫ #RimePauvre  
  13. Certes, ça n’a pas de sens, et c’est pas non plus du Marbeuf, mais on peut bien faire des mots avec la rangée du milieu. Essayez avec l’azerty pour voir.  

Commentaires

Pour commenter ce billet, envoyez un mail sur etnadji (at) eml.cc, ou créez-vous votre blog.