Ét.Nadji.fr/

Du code, des mots, des livres.

Une rue dépeuplée

Étienne Nadji
13/09/2021 à 20h
«  Ce billet n’est ni drôle ni long et fait des analogies funèbres. Revenez plus tard si vous êtes pas d’humeur. Par ailleurs, ce billet réinvente très probablement l’eau tiède – je m’en tape.  »

Ça m’a frappé l’autre jour, la similarité entre ce que provoquent les brouilles amicales – temporaires ou définitives – et les deuils, tout particulièrement quand il y a une mémoire numérique des interactions.

Les échanges matérialisent une relation dont ils constituent, à la fin, les seules traces, parmi lesquelles on peut déambuler. Si bien qu’on se retrouve comme dans une rue qu’un événement aurait vidé de ses habitants ; comme les signes d’une présence n’ont pas encore disparu, on pourrait croire que la rue est encore habitée, quelque part. Mais c’est faux.

Si les affiches publicitaires envoient des signaux contradictoires entre ce que nous voulons et ce qui pourrait être, les traces de deuils portent sur ce que nous avons été et ce que nous aurions pu faire. Quant aux traces issues d’une brouille amicale, elles sont dans l’entre-deux.

Les traces nous remplissent la tête, pas moyen d’y échapper, si ce n’est par l’oubli1. « Untel est mort2, mais pour deux heures de cinéma, je l’ai oublié » ; et puis en se levant du siège parfumé au popcorn, le souvenir arrive en pleine tête, aussi inévitable et évident que la pesanteur d’un dico3.

La comparaison entre la brouille amicale et le décès a évidemment ses limites ; il n’y a pas d’incompréhension mutuelle entre la personne qui reste et le cadavre qui suinte – donc rien à réparer ou à comprendre.

Il n’empêche : ça fait chier.

Notes

  1. Le divertissement, aurait pu dire un type à peu près aussi morose que ce billet d’humeur. Mais je suis pas janséniste.  
  2. Ce n’est pas une allusion, personne n’est mort. 
  3. Décidément une preuve qu’on ne « relationne » pas pour être heureux mais pour « relationner » tout court. Le bonheur (ou l’envie de casser des trucs), c’est plutôt un effet secondaire recherché.