Ét.Nadji.fr/

Du code, des mots, des livres.

Au doigt et à l’œil

https://arthurperret.fr/2019/07/18/au-doigt-et-a-l-oeil/

Billet qui répond à celui-ci, également dans mon agrégateur.
« Tiens, justement : lecteur ou lectrice de ce blog, je vous invite à regarder ce que devient un appel de notes comme celui-ciDont le contenu est à caractère purement démonstratif.lorsque vous visitez cette page sur votre téléphone—ou bien en réduisant la fenêtre de votre navigateur au point d’en simuler les dimensions. La note de marge ne s’affiche plus spontanément, il faut cliquer sur le petit appel chiffré : merveille de la CSS Tufte, le texte s’entrouvre alors comme si vous écartiez discrètement les persiennes pour jeter un coup d’œil à ce qui se cache derrière… »
Quoi que le style Tufte soit effectivement acceptable (les goûts, les couleurs…) sur écrans, il y a deux petits problèmes en ce qui concerne l’emploi du texte.
  1. Le premier concerne le copier-coller. Ce qui apparaît en gras dans la citation ci-dessus correspond à la note marginale, appelée dans le paragraphe ; étant dans un span et non un bloc séparé, la note marginale est copiée avec, ce qui n’est pas forcément ce qu’on souhaite.
  2. Le second concerne la référence, non au texte, mais à ses notes. Comment puis-je renvoyer à la note 2 de cet article ? La numérotation de la note est basée sur des compteurs CSS et la règle :before — ce qui est une façon de faire comme une autre. Et qui gagnerait à être conjuguée à une ancre HTML classique.
    Les références bibliographiques ont leurs propres ancres, pourquoi les notes n’en-ont-elles pas ?

Permalien