Ét.Nadji.fr/

Du code, des mots, des livres.

L’impensé des formats : réflexion autour du PDF

https://www.arthurperret.fr/impense-des-formats-reflexion-autour-du-pdf.html

Pour le PDF, there is no alternative. Comment en est-on arrivé là ?
[…]
Songeons à la manière dont le format PDF est défendu. Il s’agit presque toujours de louer la fiabilité qu’il apporte à nos transactions documentaires. C’est la solution « qui marche », « universelle », et surtout, « stable ». Généralement, cela va de pair avec un rejet des formats bureautiques, jugés (à raison) peu fiables, ainsi que des nouveaux modèles éditoriaux reposants sur le Web (lien hypertexte, page unique qui défile). Face à une bureautique qui plante une fois sur deux, et à un flux qui élimine tous repères, le PDF serait un parangon de robustesse.
C’est vrai que, par exemple dans le domaine des mathématiques, on aurait pu s’attendre à ce que le DVI (en tant que tel ou converti en PostScript) soit plus employé que le PDF. On pourrait récupérer le code TeX des équations plus aisément (mais moins qu’en ayant la source).
En dehors de la stratégie d’Adobe pour devenir un standard de facto : ce sont pas des formats simples.
Au fond LATEX, les logiciels de PAO et CSS nous épargnent d’abominables calculs de géométrie « juste » pour faire rentrer du texte dans un rectangle…

Permalien Flux

2021-03-10